LA VEUVE JUINEAU

Décédé le 24 juin 1672, Jean JUINEAU (ou JUNEAU) laisse trois enfants mineurs dans le deuil ainsi qu'Anne VIDEAU, son épouse. Cette dernière se présente devant le juge de la Prévôté de Québec, en juin 1676, et demande qu'on procède à l'inventaire des biens. C'est qu'elle vient de faire rédiger son contrat de mariage par le notaire RAGEOT (le 31 mai) avec Étienne BLANCHON, veuf d'Anne CONVENT. Leur mariage aura lieu dans les prochains jours, soit le 30 juin.

Son défunt mari ayant crée beaucoup de dettes avant son mariage, et pour ne pas en « être inquiétée », Anne se tourne vers le tribunal de la Prévôté pour convenir d'un notaire car elle n'a pas les moyens d'en supporter les frais. Anne VIDEAU est dépourvue de biens si ce n'est qu'une habitation (qui est de peu de valeur, écrit-on) située à la Rivière aux Roches, à cinq lieues de Québec. 

Le 19 juin, après délibération entre les huissiers Jean LEVASSEUR, Pierre BIRON et René HUBERT, et Antoine DUPRÉ dit CHAMPAGNE, Louis PRESSEAU, Jean ACHIN et Pierre LAFAYE, amis et à défaut de parents, Anne VIDEAU est nommée tutrice de ses enfants mineurs, Marie-Hélène (10 ans et demi), Anne (8 ans) et Marie-Suzanne (5 à 6 ans) tandis que Louis PRESSEAU est élu comme curateur et subrogé tuteur. Pour l'avantage et profit des enfants, c'est le notaire Gilles RAGEOT qui procèdera à l'inventaire des biens dans la journée.

La veuve JUINEAU affirme n'avoir rien caché ni détourné de la succession et de la communauté d'entre elle et son défunt mari alors que François GUYON et Jean TIBIERGE prêtent serment pour l'estimé qu'ils ont fait de l'habitation. Après avoir « clos et arrêté » l'inventaire, le juge CHARTIER ordonne à la veuve de prendre, par préférence à tous autres, ses habits et linge à son usage seulement. Quant à Jean JUCHEREAU sieur DE LA FERTÉ, seigneur, il sera payé des arrérages des rentes seigneuriales de l'habitation JUINEAU-VIDEAU.

Rédaction : Guy Perron, paléographe

Source : Prévôté de Québec, transcription des volumes 9 et 10 (registres civils), 14 janvier 1676 au 14 décembre 1677, Longueuil, Les Éditions historiques et généalogiques Pepin, tome V (à paraître).