LE BŒUF ÉCORNÉ DE LOUIS BLANCHARD

Le 12 juin 1676, Louis BLANCHARD et René RÉAUME reviennent devant le juge de la Prévôté de Québec avec leurs témoins pour prouver leurs dires. Trois jours auparavant, BLANCHARD accusait RÉAUME d'avoir écorné son bœuf de travail l'ayant mis hors d'état de servir !

Témoin, le huissier René HUBERT affirme que RÉAUME s'est vanté à lui en présence de la femme d'Étienne LANDERON, Rémi DUPILLE, Jean MARCHAND et Pierre MERCEREAU qu'il avait écorné un bœuf. Aussi témoins, Moïse HILLERET et Nicolas DURAND déclarent avoir vu RÉAUME « excéder » des bestiaux. Le juge CHARTIER condamne donc René RÉAUME à payer le bœuf écorné à BLANCHARD et défense lui est faite de récidiver à maltraiter les bestiaux sous peine de 50 livres d'amande.

Louis BLANCHARD ajoute qu'il n'a jamais parlé à personne que son bœuf fut écorné par d'autres bestiaux et qu'il s'en est aperçu qu'après les fêtes de la Pentecôte. Du consentement des parties, c'est à Michel LECOURT que l'on confie l'estimation du bœuf.

Rédaction : Guy Perron, paléographe

Source : Prévôté de Québec, transcription des volumes 9 et 10 (registres civils), 14 janvier 1676 au 14 décembre 1677, Longueuil, Les Éditions historiques et généalogiques Pepin, tome V, coll. Notre patrimoine national no. 315, 2004.