ATTENTAT À L'AUTORITÉ DE LA JUSTICE

Le 5 mars 1667, Robert CHARTIER se présente devant le tribunal de la Prévôté de Québec accusant Marguerite LEBOEUF, épouse de Gabriel LEMIEUX, d'être entrée dans sa maison, en son absence. Elle aurait « levé » la serrure de son coffre et pris ce qui était dedans sans vouloir lui rendre ! Le juge décrète ajournement personnel contre LEBOEUF et ordonne qu'elle comparaisse lundi, dix heures du matin.

Deux jours plus tard, CHARTIER réitère son accusation contre LEBOEUF afin qu'elle soit condamnée de lui rendre son coffre avec tout ce qui était dedans, pendant qu'il était en voyage à la guerre aux Iroquois, et les autres choses qu'il a laissées au soin de LEBOEUF. Cette dernière lui avait promis de lui rendre dans le même état, ainsi que le profit de deux minots de pois verts, 19 cordes de bois et autres choses mentionnées au mémoire qu'il a remis au greffier de la Prévôté.

Marguerite LEBOEUF réplique en disant que lorsqu'il est allé en guerre, CHARTIER lui a donné pouvoir d'ouvrir son coffre en son absence, de prendre ce qui était dedans pour le donner aux gens à qui il avait vendu des peaux de castor. Elle a donc pris 19 peaux, quatre ou cinq minots de pois, 13 cordes de bois, deux épis de blé d'inde et la poule qui était entre les mains... des oiseaux de proie !

Il est vrai que LEBOEUF avait la disposition de son bien à la charge de lui rendre compte à son retour, mais CHARTIER affirme ne lui avoir point donné la permission d'ouvrir son coffre sinon en cas de mort. À cet effet, il y a des conventions écrites entre eux dont le papier est entre les mains de LEBOEUF, soit : prendre soin de la récolte et de ce qui pouvait y avoir à faire pour la conservation des biens de CHARTIER. De plus, les nommés FROUIN et DELORME ont connaissance de ce qui était dans sa maison. Faisant droit sur le réquisitoire du procureur fiscal, le juge ordonne à LEBOEUF de rapporter le papier en question et demande à entendre FROUIN et DELORME comme témoins.

Le lendemain, 8 mars, après serment, Jean FROUIN confirme que le coffre a été ouvert en sa présence par un matelot du capitaine JAMAIN, lequel a pris 17 ou 18 peaux de castor sec. À la question du juge « Qui est-ce qui aurait autorisé JAMAIN d'ouvrir le coffre et lever la serrure ? », FROUIN répond que c'était sur l'ordre de LEBOEUF. Deux ou trois jours après, FROUIN et le nommé DELORME auraient emporté ce qui restait dans le coffre chez le nommé THÉODORE de peur qu'il ne fut perdu.

Mais CHARTIER répond au juge qu'il ne devait rien à JAMAIN et qu'il avait projeté de vendre ses peaux de castor au chirurgien qui était à bord du navire du capitaine TADOURNEAU. Quant à DELORME, il dit ne rien savoir de l'affaire, sinon qu'il a aidé FROUIN à emporter ce qui restait dans le coffre et qu'il y avait quatre ou cinq livres de lard qu'il a aidé à manger !

Le juge demande à LEBOEUF de lui remettre, dans la semaine, le certificat des commis du magasin des Seigneurs du pays entre lesquels elle ou JAMAIN ont fait passer les 19 peaux de castors. Faute de quoi, LEBOEUF et JAMAIN seront solidairement condamnés envers ces seigneurs à 70 livres 15 sols pour tenir lieu de la confiscation des peaux et à 1500 livres d'amende chacun. Pour avoir par eux commis un « attentat à l'autorité de la justice » en faisant ouvrir le coffre, le juge les condamne en chacun 25 livres d'amende et défenses leurs sont faites de récidiver.

De plus, le juge condamne Marguerite LEBOEUF (envers CHARTIER) :
- de lui payer la somme de 77 livres 1 sol 3 deniers pour 17 livres 2 onces de castor sec qu'elle a pris dans le coffre;
- de lui rendre cinq minots de pois verts ou lui payer 25 livres;
- de lui payer la somme de 57 livres pour 19 cordes de bois (à raison de trois livres la corde);
- de lui rendre 20 livres de lard ou lui payer en argent à raison de 10 sols la livre;
- de lui payer la somme de 10 livres pour un cochon.

Enfin, LEBOEUF est aussi condamnée à 10 livres d'amende pour l'attentat à l'autorité de la justice et aux dépens du procès (18 livres). Le 26 mars suivant, faute d'avoir remis au juge le certificat d'acquit de droits émis par les commis de la Compagnie des Seigneurs pour 19 peaux de castor pris par elle et le capitaine JAMAIN dans le coffre de Robert CHARTIER à la Pointe de Lévis, Marguerite LEBOEUF est condamnée en 1500 livres d'amende.

Rédaction : Guy Perron, paléographe

Source : Prévôté de Québec, transcription des volumes 1 et 2 (registres civils), 2 novembre 1666 au 26 octobre 1668, Longueuil, Les Éditions historiques et généalogiques Pepin, tome I, coll. Notre patrimoine national no. 220, 2002, p. 48-50.